Skip navigation

  La Chapelle de la Médaille Miraculeuse.

Quand nous allons à Paris nous ne manquons pas d’aller à Rue du Bac prier à La Chapelle Miraculeuse devant la tombe de Cathérine Labouré. La dernière visite date de 2006. Mes photographies, en vignettes peuvent être agrandies en cliquant.

La Chapelle de la Médaille Miraculeuse.

Paris Chapelle de la Médaille Miraculeuse  Paris Chapelle de la Médaille Miraculeuse  Paris Chapelle de la Médaille Miraculeuse  Paris Chapelle de la Médaille Miraculeuse  Paris Chapelle de la Médaille Miraculeuse  Paris Chapelle de la Médaille MiraculeuseParis Chapelle de la Médaille Miraculeuse  Paris Chapelle de la Médaille Miraculeuse  Paris Chapelle de la Médaille Miraculeuse  Paris Chapelle de la Médaille Miraculeuse  Paris Chapelle de la Médaille Miraculeuse

 D’autres photos sont de 2001 quand Denise et moi même  avons été prier à la Chapelle avec Jacqueline et Maisie. C’était l’année de nos Noces d’or.  

Paris CHapelle iraculeuse  Paris CHapelle iraculeuse  Paris CHapelle iraculeuse   Paris CHapelle iraculeuse  Paris CHapelle iraculeuse  Paris CHapelle iraculeuse 

Paris CHapelle iraculeuse  Paris CHapelle iraculeuse  Paris CHapelle iraculeuse  Paris CHapelle iraculeuse  Paris CHapelle iraculeuse  Paris CHapelle iraculeuse  Paris CHapelle iraculeuse

Au 140 rue du Bac, la Vierge y est apparue en 1830 à sainte Catherine Labouré et a offert au monde la Médaille MiraculeuseLieu de  silence et le recueillement C’est la Maison Mère de la Compagnie des Filles de la Charité. L’hôtel de Châtillon  Le 6 août 1815 a lieu la bénédiction solennelle de la chapelle, dédiée au Sacré-Coeur de Jésus. En 1830 surviennent les apparitions. La chapelle qui connaît des transformations successives. Pour le centenaire, en 1930, une reconstruction.  Les apparitions.  Au soir du 18 Juillet 1830, Catherine est réveillée par un enfant auréolé d’un halo de lumière. Elle le suit dans l’église ouverte et éclairée par de nombreuses bougies; L’enfant lui demande de s’agenouiller près de l’Autel où la Vierge Marie l’attendait, elle lui délivra alors son message, de prédictions politiques et religieuses. La Sainte Vierge demande qu’une médaille soit frappée à son effigie. Catherine Labouré est née le 2 mai 1806 à l’Est de la France, dans une famille nombreuse de propriétaires fermiers. Enfant vive et travailleuse elle occupait toutes ses journées au travail à la ferme. Orpheline de sa mère à 9 ans elle part habiter chez sa Tante avec sa sœur cadette. Tonine. L’aînée Marie-Louise déjà placée chez les Sœurs de la Charité, Malgré ses rudes journées de travail elle visite les malades, accueille les pauvres et commence dès 14 ans à pratiquer le jeûne le vendredi et samedi. A cette époque elle fait un rêve : elle se trouve à la Chapelle de la Vierge, et le vieux prêtre qui est présent lui dit  » Dieu a des desseins sur vous, ne l’oubliez pas » Il s’agissait de Saint-Vincent de Paul. Illettrée jusqu’alors, elle décide d’apprendre à lire et à écrire. Son père l’envoie à 16 ans dans un pensionnat de jeunes filles près de Châtillon où elle reste 2 ans. A 21 ans, Catherine Labouré entre chez les Sœurs de la Charité. Le 27 Novembre 1830 : 2ème Apparition de la Vierge Marie. Lors de la messe du soir au milieu des autres Sœurs, Catherine a une nouvelle Apparition sous la forme d’un tableau, elle voit l’Immaculée Conception tendant les bras, les mains ouvertes d’où jaillissent des faisceaux de lumière, symbolisant les Grâces que Marie obtient aux hommes. Inscrit en caractères d’or « O Marie, conçue sans pêcher, priez pour nous qui avons recours à vous. »  Cette 2ème apparition de la Vierge Marie auréolée d’un voile et vêtue d’une robe blanche et d’un manteau de couleur bleue argenté est la représentation actuelle de la Vierge que l’on appellera plus tard la Vierge Miraculeuse. Le tableau se retourne et Catherine voit la lettre M surmontée d’une petite croix et au bas les Saints Cœurs de Jésus et Marie.  La Vierge délivre le message suivant :  » il faut faire frapper une médaille sur ce modèle, les personnes qui la porteront seront indulgenciées, et ceux qui feront avec piété cette courte prière jouiront d’une protection très spéciale. « . Catherine continue à se consacrer à sa mission envers les pauvres et garde son secret qu’elle ne révèlera d’ailleurs elle-même à la Supérieure de sa Congrégation qu’à la veille de sa mort.  La 1ère médaille : Juin 1832 La première médaille est fabriquée en 1832 sur Ordre de Mgr Quélen, en accord avec Rome. En 1834 la médaille est qualifiée de Médaille Miraculeuse car elle apporte avec elle la protection et les guérisons. Certaines conversions comme celle d’un jeune banquier Suisse sont mêmes devenues célèbres.  En 1836 les guérisons inexpliquées touchent les Etats Unis où s’est propagée la Médaille Miraculeuse, en Pologne en 1837…. En 1839 c’est 10 millions d’exemplaires qui ont été frappés. En 1858 lors des premières apparitions de Lourdes, Catherine Labouré rappelle que l’un des vœux de la Vierge Marie était de faire de la chapelle de la rue du Bac un lieu de pèlerinage. Plusieurs textes signalent d’ailleurs que Bernadette Soubirous portait la Médaille Miraculeuse lors de la 1ère apparition de Lourdes.  Sœur Catherine Labouré meurt le 31 décembre 1876, et est enterrée sous la Chapelle de Reuilly près de Paris. C’est seulement le 27 juillet 1947 après de longues démarches, et le procès de ces Apparitions au Vatican, destiné à authentifier ces évènements, que Pie XII canonise Catherine Labouré.Entre 5 000 et 6 000 pèlerins par jour viennent rue du Bac, accueillis par les Filles de la Charité – fondées par Vincent de Paul et Louise de Marillac pour se mettre au service des pauvres. On compte aujourd’hui plus de 22 000 Filles de la Charité dans le monde entier : elles vivent au sein de 2 500 communautés environ, réparties dans plus de 80 pays.  Chronologie.  1581 : naissance de Vincent de Paul 1591 : naissance de Louise de Marillac 1660 : mort de Louise et de Vincent 1737 : canonisation de Vincent de Paul 1806 : naissance de Catherine Labouré 1815 : construction de la chapelle 1830 : apparitions de la Vierge à Catherine Labouré 1876 : mort de Catherine Labouré 1930 : reconstruction de la chapelle pour le centenaire des apparitions 1934 : canonisation de Louise de Marillac 1947 : canonisation de Catherine Labouré 1980 : visite de Jean-Paul II pour le cent-cinquantenaire       

About these ads

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

%d blogueurs aiment cette page :